SM Bleu_edited.png
  • Lou Juillet

Zacharie, un jeune virtuose du piano

Samedi, heure de pointe dans la gare de Lyon, les voyageurs affluent par centaine. Derrière le vacarme de leurs va-et-vient incessants, raisonne pourtant une petite mélodie. Plongé dans son art, un jeune homme joue sur le piano disposé dans le hall. Quelques passants curieux se sont arrêtés pour écouter eux aussi l’interprétation du célèbre morceau de Chopin. De ce compositeur, franco-polonais, le jeune adolescent passe ensuite au virtuose Franz Schubert, puis à Beethoven. En moins d’une vingtaine de minutes, le jeune artiste remonte le fil du temps oscillant entre les différents courants, du baroque au classicisme.


« L’étude d’un morceau peut me prendre jusqu’à un an. »

Zack, de son prénom Zacharie, est un pianiste habitué aux représentations, au cours de solfège et aux représentations au conservatoire. Voilà maintenant onze ans qu’il s’est assis pour la première fois derrière un piano « un peu par hasard » se souvient-il. Depuis qu’il est capable de déchiffrer seul les partitions, le jeune pianiste passe une grande partie de son temps à étudier et travailler inlassablement de nouveaux morceaux jusqu’à la quasi-perfection. L’étude d’un morceau « aussi technique que celui de Chopin peut me prendre jusqu’à un an » déclare-t-il.

Entre les études et le conservatoire


En septembre dernier, Zack est rentré dans une école d’infirmier. « Avec les cours au conservatoire à côté, ça n’est pas évident de tout gérer » témoigne-t-il. Pour autant, le jeune homme qui vient tout juste d’avoir 18 ans reste optimiste et travaille dur pour continuer ses études et sa passion. « Dans l’idéal, j’aimerais avoir un diplôme de professeur de piano ou de pianiste accompagnateur en plus de mon travail d’infirmier. » Chi va piano, va sano !


Gare de la Part-Dieu, Zacharie